Chevêche d’Athéna

Athene noctua

JPEG - 239.5 ko
cliché Philippe Jourde

La Chevêche d’Athéna est un petit rapace nocturne de la famille des strigidés. Son nom latin, Athene noctua, nous rappelle que dans l’antiquité c’était l’emblème d’Athena, déesse de la sagesse et de la science et que l’on retrouve sur les euros grecs.

La Chevêche est un oiseau de petite taille : sa longueur moyenne est de 22 cm, son poids moyen de 170 g. La femelle est un peu plus grande que le mâle. Son plumage brun-roux est ponctué de tâches blanc-crème sur les ailes. Quand l’oiseau chante, sa gorge claire apparaît plus nettement. Ses yeux, de couleur jaune, la font parfois nommer la Chouette aux yeux d’or. Le vol de la Chevêche est caractéristique : il est ondulé et se limite principalement à des trajets courts d’un perchoir à l’autre en rasant le sol. La durée de vie maximale d’une Chouette chevêche est d’environ 10 ans.

La Chevêche d’Athéna est un oiseau sédentaire. Son territoire lui assure sa réserve de nourriture et lui permet de se reproduire. Elle le défend vis à vis de ses congénères. La taille du territoire peut varier d’une région à l’autre mais, en moyenne, le rayon d’action des Chevêches avoisine les 450 m. Toutefois, le domaine d’activité de la Chevêche varie tout au long de l’année. Il est plus grand en hiver et en automne qu’au printemps et en été.
La Chevêche se tient généralement au repos pendant la journée, mais il n’est pas rare de l’apercevoir, à certaines périodes de l’année, en plein soleil. A la nuit tombante, elle s’envole pour aller chasser.

Les manifestations vocales de la Chevêche sont très variées et les oiseaux se manifestent tout au long de l’année. Mais c’est surtout à la saison des amours, en mars-avril, que l’on peut entendre le chant du mâle. Il s’agit d’un cou-hou interrogatif qui se répète, en moyenne, une douzaine de fois par minute.
Le cri le plus typique est un Kiéou, ou Koui-you sonore, que certains auteurs comparent à un miaulement et qui peut être émis par le mâle ou la femelle, parfois en duo.
Le cri d’alarme est un kifkifkif que l’on entend près du nid en cas de dérangement.

Le régime alimentaire des Chevêches est assez varié, entre les petits mammifères (mulot , campagnol, musaraigne, souris, etc.) et les insectes (orthoptère, coléoptères, perce-oreille, lépidoptère, etc.) ; mais d’autres proies peuvent être capturées, telles que des vers de terre ou occasionnellement, des petits oiseaux.
La Chevêche d’Athéna chasse à partir d’un perchoir et capture l’essentiel de ses proies au sol.

Comme tous les autres rapaces, la Chevêche rejette par le bec les parties non comestibles de ses proies (os, poils, carapaces d’insectes) sous forme de pelotes de réjection. Celles de la Chevêche d’Athéna sont petites (37mm x 13mm). On peut les trouver sous le nid ou près des endroits fréquentés régulièrement par les Chevêches. Ces pelotes sont d’un grand intérêt pour ceux qui étudient ces oiseaux car leur analyse va permettre de connaître leur régime alimentaire.

La Chevêche est une espèce monogame. Un couple ne se défait que si l’un des partenaires disparaît. Les couples nicheurs sont déjà formés dès l’automne. Dès cette période, et jusqu’à la nidification, ils vont fréquenter le site où ils vont nicher et ses abords. Vers le mois de mars, le chant du mâle devient de plus en plus fréquent. Il indique le début de la période de reproduction. Fin avril-début mai, la femelle pond 3 à 4 œufs blancs au fond d’une cavité. Dans bien des régions, les Chevêches nichent dans des trous d’arbres. Mais elles peuvent tout aussi bien utiliser une cavité dans un bâtiment, un trou dans des rochers et même un nichoir. Dans le sud de la France, notamment dans la zone périurbaine autour de Marseille, les Chevêches choisissent très souvent de nicher sous les tuiles des maisons, même si celles-ci sont habitées. L’incubation est assurée par la femelle et dure environ 28 jours. Le mâle la nourrit pendant cette période et même après l’éclosion des œufs. Les jeunes chouettes sont âgées de 4 à 5 semaines quand elles quittent le nid. Elles peuvent y séjourner encore un mois après leur envol, mais les adultes n’y retournent plus. Au bout de 2 mois environ, les jeunes se dispersent et quittent le territoire de leurs parents.

Comme tous les rapaces, la Chevêche d’Athéna est protégée par la loi du 10 juillet 1976. Pourtant, autrefois commune en France dans les campagnes, ses effectifs diminuent de façon inquiétante. Elle figure aujourd’hui sur la liste rouge des oiseaux nicheurs et bénéficie d’un plan d’action national dans le cadre du programme d’action pour la diversité biologique en France.
Une cause majeure du déclin de cette espèce est la destruction de son habitat. A cela s’ajoutent des causes de mortalité non-naturelles :
collision avec des véhicules,
noyade dans les piscines,
contamination par les pesticides,
piégeage dans les poteaux téléphoniques creux,

Pourtant des actions de protection peuvent être menées à titre individuel ou collectif :
installer un nichoir,
planter une haie,
limiter l’utilisation des pesticides dans son jardin,

Protéger les Chevêches d’Athéna, c’est également ne pas les déranger pendant la période de nidification ! Une trop grande curiosité peut entraîner l’échec de la reproduction ! Attention, les jeunes chouettes trouvées au sol ne sont pas abandonnées par leurs parents. Sauf danger immédiat, il est préférable de ne pas les ramasser.


Mis à jour le : lundi 21 octobre 2013

Partagez :

LPO Charente-Maritime

Education

Actions naturalistes

Devenez Biodiv’acteur !

L’agenda nature

Agissez avec la LPO

Tous Biodiv'acteurs !

Tous Biodiv'acteurs !

Sortez nature

Sortez nature

Découvrez la faune sauvage

Découvrez la faune sauvage

Devenez bénévole

Devenez bénévole

Oiseaux en détresse

Oiseaux en détresse